Lost in Austen- miniserie

prodpic2.jpg
Avant toute chose vous devez savoir que je suis une vrai fan des livres de Jane Austen depuis un sacré moment et que donc dès qu’une adaptation plus ou moins moderne voit le jour, il faut que je la vois.

En plus quand ce sont les anglais qui s’y collent, on se dit qu’on peux avoir confiance car pour eux Orgueil et prejugé c’est aussi sacré que Doctor Who; une institution, quoi!!
Faut bien avouer que se soit en litterature ou sous forme de films ou dans ce cas d’une miniserie, les adaptions d’Austen pullulent, il y en a au moins une par an, ici.

Mais bon si en général, je suis plutôt bon public pour ce genre de divertissement, là, je dois avouer que je suis perplexe.

Pour commencer la façon même dont réalité et fiction se rejoignent est franchement limite.
Notre héroine fan absolue du roman qui prefère de loin passer ses soirées seule à le relire encore et encore plutôt que de passer du temps avec son petit ami, découvre un soir, miss elisabeth bennet dans sa salle de bain, on peu pas faire plus bateau comme introduction!!
Une porte cachée y sert de passage entre les deux époques et seules les deux jeunes femmes en permettent l’ouverture.

Vous avouerez que c’est dur d’accrocher et de se plonger dans l’histoire lorsque cela commence gros comme une maison… d’autant que plus tard l’héroine sortira de l’univers du livre sans que se soit volontaire(alors qu’auparavant elle essaiera de rentrer sans y parvenir) pour réapparaitre dans la réalité non pas dans sa salle de bains mais dans un toilette publique; charmant!!

Ce qui me dérange le plus, ce n’est pas tant que l’heroine moderne chamboule ce qui devrait être, par sa présence et ses maniéres(après tout le but est bien là, mettre son grain de sel dans l’histoire d’origine), c’est davantage que les scénaristes, en changeant la structure de l’histoire, ont complètement alterer les caratères des personnages.
Et quand on s’attaque à une adaptation il y a tout de même des éléments clés auxquels il ne faut pas toucher, je serais intraitable sur ce point!

teambennet460.jpg
Déjà, la famille Bennet, au complet, n’est pas ce qu’elle devrait être. Elisabeth, dès sa première apparition à l’air assez idiote et réveuse.
Passant du personnage principal à la fille manquante que l’on n’apperçoit qu’au début du premier épisode et à la fin du quatrième.
La douce Jane qui n’a jamais eu un fort caratère, prend sur elle pour faire le bien de sa famille, en cela elle se montre déterminé et résolu à être malheureuse en accomplissant son devoir.
Mary est presque invisible, elle n’est pas affable de montrer ses talents aux autres ni  ardi pour leur faire la morale.
Quand a Kitty et Lydia, leurs liens ne sont pas aussi fort qu’ils devraient être et elles ne se montrent pas si sottes non plus.
Mais le pire se sont sans doute les parents, Mr Bennet semble bien dédaigner sa famille au complet et Mme Bennet censer être une pauvre créature, dirigée par ses nerfs, fait preuve de tempérement pour ce qui est de pourvoir à l’avenir de ses filles. Pas mélodramatique dans ses conversations, elle sait ce qu’elle veut et le fait savoir à la concurence quitte à être menaçante.

Enfin l’apothéose concerne sans doute les hommes qui gravitent autour des Bennet.

Charles Bingley passe du naif et indécis amoureux transis à l’ivrogne aggréssif, mélancholique et limite sucidaire.

Si Darcy et le seul à coserver son caractère, il n’a pas le charisme de ses prédécéseurs.

Et pour ce qui est de Whickam, eh bien il est cette fois la victime de la soeur de Darcy dont il aurait refusé les avances et la mésentente entre les deux hommes serait baser que sur un mensonge vengeur de la jeune femme. Alors certes, il reste un peu fourbe et un tantinet galopin mais au fond sympatique, il rendra plus d’une fois service.

Même la soeur de Bingley devient lesbienne c’est dire les libertés qui ont été prise!!

darcy460.jpg

On se paye quand même le luxe d’un beau clin d’oeil à la minisérie de 1996 de la BBC; vous savez cette scène qui faisait même rêver Bridget Jones (dans le livre), ou Colin Firth(Darcy) marche trempé après une baignade impromptue dans le lac de sa propriété.

Si on peu passer outre les erreurs temporelles, les défauts de narrations, des situations innapropriées, on peu se laisser prendre à condition de ne pas être trop attaché aux personnages qui n’ont plus rien avoir avec ce que l’on sait d’eux. Mais pour être tout à fait franche,il se passe peut être trop de choses dans le temps imparti ce qui donne un air de soap à l’histoire qui au lieu de s’étendre sur des mois  se déroule sur quelques semaines.

Un divertissement valable mais pas extraordinaire, hormis ce clin d’oeil qui ma fait marrer, aucune scène ne ressort du lot, les costumes ne sont pas fabuleux, les décors extérieurs sont beaux, certes mais les interieurs sont peu crédibles.
Alors, j’avoue je me suis fait l’intégrale en une seule soirée mais c’est surtout parce que à la fin de chaque épisode, j’étais choqué par de dernière scène(et pas en bien) et que je voulais savoir ou ce non-sens allais nous conduire.(et puis avec cette manie de nous balancer des extraits de la prochaine partie, tu vois toujours des images qui te font penser que ça va s’améliorer).

2 Réponses à “Lost in Austen- miniserie”


  • je n’ai jamais vu cette mini-série mais j’en ai déjà entendu parler. Tes commentaires sur les changements de caractères des personnages me donnent des frissons ! ;o)
    les persos de Jane Austen sont si bien définis et on les connaît tellement bien quand on s’intéresse à leur univers que ça me paraît aberrant de vouloir les changer…

  • à Eirian:c’est claire, j’aie eu un choque en regardant la mini-série parce-qu’aucuns des commentaires que j’avais pu en lire ne faisaient mention de ces changements qui sont contre nature, si on aime tant les romans de Jane Austen c’est surtout pour ces personnages riches et intéressants!!
    Eh oh fait, bon retour:D

Laisser un Commentaire




lafamilledehomersimpson |
naruto shippuden |
Futurama |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Desperate Housewives
| winx club soeur halliwouell...
| patito feo saison 2