Archive mensuelle de avril 2009

How I met your mother 4X20-4X21

38346801.png
Ca y est, les scénaristes ont beau essayer de faire de leur mieux; les ventres sont trop arrondis, exit miss Hannigan donc, sous le pretexte d’une blague trop machiste de Barney pendant qu’on continue de faire ce que l’on peu en prétendant que Robin est dans ses formes habituelles .

On team up donc Marshall et Barney de plus en plus dans le contexte du travail en s’offrant une bonne tranche de rire dans leur délires toujours plus inadéquats.

Lily étant out c’est tout naturellement que Robin et Ted se retrouve eux dans une intrigue d’appartement qu’il partage dorénavant. Se bagarrant l’attention du jeune et nouvel: assistant de Ted/amant de Robin. J’avoue que cela n’est pas hyper bien gérer; trop attendu, trop long finalement c’est la chute qui plait!

Un épisode moyen avec quelques bons moments qui sauvent le tout.  

38882660.png
Un épisode ou Lily n’est qu’évoqué sans que l’on sache ou elle se trouve mais son absence n’est absolument pas dérangeante tant le personnage à tendance à porter sur la caricature c’est dernier temps.

Ted rencontre une femme et décide de l’appeler immédiatement contre l’avis de ses amis qui lui joue un mauvais tour en ce faisant passer pour elle au téléphone (via SMS).

On en revient finalement aux premières amours de la sitcom; la vie amoureuse de son personnage principal. Et si bien sur c’est un nouvel échec validant une des théories rocambolesques de Barney, les flashbacks retraçant la mascarade, les scènes rêvées, le rire de Ted… rendent l’épisode hyper dynamique et surprenant.

Un niveau qui remonte  indéniablement en même temps que la série dans mon estime.

Oui, elle me manque la sitcom des débuts dont la romance aussi maladroite soit elle était l’ingrédient principal mais depuis plusieurs épisodes je retrouve de l’intérêt dans les intrigues. Et même si, au vu de la baisse de cette année, je ne suis pas dans l’attente d’une possible saison 5, j’ai hâte de découvrir le fin mot de l’histoire de la chèvre dans le season final:P

 

The Big Bang Theory 2X20-2X21

critique83.jpg
Nous immerger enfin dans l’univers ultra geek du comic book…il était temps surtout vu l’importance que le comic store en question revêt dans le quotidien des garçons. Et j’écris ces mots avec respect sachant que moi même j’apprécie ce genre de lecture (dans une moindre mesure).

Et pourtant je suis très déçu que cet élément clé et à fort potentiel comique (sans jeu de mot) ne soit que le pretexte d’une romance entre Penny et le gérant, Stuart. Bien que cela remette en avant les sentiments de Leonard envers la blonde, j’ai beaucoup de mal à croire qu’elle craque pour le nerd qui d’ailleurs devrait revenir au moins le temps d’un épisode.

Cela tant dis c’est bien de voir que les scénaristes sortent de leur zone de confort en intégrant de nouveaux personnages mais si ils pouvaient aussi les faire durer ça serait mieux. Là je pense à Alicia, la nouvelle résidente et nemesis de miss P.

Bah oui, moi j’aime les fils rouge dans un show, c’est un peu comme une récompense pour le spectateur assidu et du coup je préfères les personnages récurrents qui pointent le bout de leur nez de temps à autre qu’un perso qui sera au coeur d’une unique intrigue pour disparaitre ensuite.

78b0cd6fe0acfc7edc17d77414291655.jpg

Howard se fait plaquer par Leslie via téléphone, dommage c’était un couple hautement improbable qui avait été une belle surprise trop peu exploitée à mon gout.

Qu’a cela ne tienne Sheldon propose une virée à Vegas (sans lui) pour faire oublier ses malheurs au jeune homme. Cela nous amène à deux intrigues parallèles dont les « équipes » nous sont maintenant que trop familière. Et pourtant cela marche à merveille!

Sheldon et Penny continuent de faire rire sans être lourd. Leurs différences, l’incompréhension du jeune homme face au quotidien et la tolérace de la jeune serveuse (jusqu’a un certain point) permet situations et vannes cocasses.

Pour ce qui est de l’autre groupe; leur intrigue est entachée par Jody O’Keefe dans le rôle de la call-girl. C’est totalement subjectif mais elle à vraiment la même allure(même coupe) que dans Prison Break ou elle était franchement risible. Je lui accorde une bonne scène, sa première rencontre avec Wollowitz et c’est tout. 

J’ai tout de même préféré cet épisode au précédant.

 

Enfin une date pour la saison 3 de Torchwood?

torchwoodchildrenofearth.jpg
Une pewiew du premier épisode de la saison trois sera présenté le 12 juin au « National Film Theater » de Londres. Ce qui laisse suggérer une possible diffusion de « Children of Earth » dès le 15 juin et ce pour 5 nuits consécutives.

Synopsis:
1965: douze enfants sont rassemblés sur un amarrage deserté avant d’être encerclé par une lumière éblouissante et aveuglante…puis ils disparaissent.
Aujourd’hui: Partout sur terre les enfants ont cessé de bouger. Ils ne jouent plus, ne rient plus. Puis soudainement ils parlent tous d’une même voix, annonçant l’arrivée imminante d’une nouvelle menace alien. « Nous arrivons… »
Alors que le gouvernement ferme ses rangs, il lance une mence de mort sur le capitaine Jack et Torchwood.

Pause

Pour cause de déplacement je serais peut-être dans l’incapicité d’alimenter ce blog jusqu’a fin avril.
Pour ceux que cela interesses, je m’envole en Lithuanie ce matin (2H30) pour un échange étudiant avec mon universitéet je n’ai pas la moindre idée de ce qui m’y attend. Alors bien sur, je prend ma bécane (je mes sentirais moins seule et perdue) pour ce qui est de me tenir à jour et de rattrapper le petit retard déjà accumulé pendant le break de pâques? Wait and see.

Bonnes semaines à tous!

Caprica 1X01

caprica.jpg
Officiellement ce pilot ne sera disponible en DVD que le 21 avril mais je suis tombé dessus par hasard….alors,comment résister:D

La scène d’ouverture n’est pas à mettre sous les yeux d’un épiléptique  au risque de faire une crise. Le choix est assez étrange, loin de l’univers presque claustrophobique de la série dont elle s’inspire, Caprica se présente d’abord comme la ville du vice et de la perversion.
Enfin , est c’est un peu contradictoire, on ne voit pas beaucoup de la ville puisque le gros de ce pilot se déroule dans des lieux clos comme le night-club ou encore la villa des Graystone.

Zoey Graystone et ses amis se baladent dans le-dit night club ou règne chaos et violence gratuite pour le plaisir du plus grand nombre. Cet espace est en réalité virtuel et à été créer quelques années plus tôt(pour un autre usage) par son père, Daniel. Dans cet univers, Zoey à réussi à créer une parfaite copie de sa propre conscience faisant fit du même génie que son père.

Mais alors que Zoey tente de faire ses adieux et de prendre la fuite  à bord d’un train pour une autre colonie espérant échapper à son nom, une bombe explose. A bord se trouvait également la fille et la femme de Joseph Adams/Adama, un avocat corrompu.

Une tragédie qui permettra aux deux hommes de pouvoirs de son rencontrer et de se rapprocher. Les enjeux sont surtout personnel face au deuil des êtres aimés, cela Moore en parlait déjà dans BSG.

Il y a suffisament de clin d’oeil à BSG ne serais ce que par le language utilisé et la confrontation entre religion, science et politique (encore peu exploité) pour rester connecte à l’univers de Moore.  Et le jeune William futur commandant du Galactica permet de situer l’intrigue quelques 50 ans avant la chute des colonies. Mais en même temps, la serie sait se distinguer de sa grande soeur.
Tout en abordant des thèmes similaires, le monde de Caprica est exempt de militarisme(pour l’instant?)

3vqonccapricadvdcover.jpg
Bien que ce pilot ne m’ai pas foncièrement déplu je lui ai trouvé un léger manque de rythme et surtout le création du premier cylon me semble trop rapide.

Heureusement le show créer un ambiance de doute ou chaque personnage est à la recherche de vérité mettant ses convictions à l’épreuve. Et chacun est bien sur, poussé par ses propres raisons comme l’orgeuil. Seulement l’aspect mit le plus en avant reste celui de la réligion. C’est à la fois ce qui pousse Zoey et son petit ami à fuir mais aussi les revendication des « terroristes » à l’origine de la bombe, bref elle est à la base de cette première ébauche d’intrigue.

Mais il me reste à être convaincu que cela pourra être durablement éxploité et diversifié. Car cela est amené parfois de manière maladroite et poussive.

Le casting, lui est plutôt impéccable; les Graystone sont ceux qui m’ont le plus convaincu et particulièrement le père incarner par Eric Soltz. J’ai encore un peu de mal avec grand papa Adama principalement parce qu’il n’est pas tel que je l’avais imaginé. Je le pensais droit pas connécté à la mafia local.

A suivre donc lorsque scifi diffusera le reste sans grande excitation toutefois.

Surviving Suburbia 1×01

bigblogtemplatesurvivingsuburbia.jpg

Encore un sitcom ratée.
Prévu d’abord pour la CW celle-çi a finalement été choisi par ABC.
Enième histoire d’une famille vivant dans une banlieue et qui doit jongler entre ses membres et les voisins.

La photo choisi pour illustrer le pilot n’est pas innocente, elle fait bien transparaitre mon état d’esprit après seulement quelqus minutes de visionnage…au bout de dix je me suis contenté du son en faisant autre chose.

Rires en boite, blagues qui tombent à l’eau, il n’y a franchement rien n’a sauver. Tous est prévisible est sans saveur et la préscence de visages connus fait plus de peine qu’autre chose. Une perte de temps…cela ne revolutionne pas genre ça c’est pas nouveau, le pire n’est pas que c’est mauvais mais c’est tellement irritant de mievreries qu’on a du mal à rester devant l’écran.

Bob Saget n’a plus qu’a retourner faire la voix de Ted (vieux) parce-que cela ne risque pas de relancer sa carrière devant les caméras. Il essaye de nous refaire ce qui a fait son succés il y a vingt ans seulement il n’est plus si frais que ça!

Jere Burns,un habitué des séries écourtées, joue le voisin collant et porteur de problèmes, Dan Cortese (les dessous de Veronica, what i like about you) fait une apparition et l’on se demande ce qu’il vient faire là son atout phisique n’étant pas exploité.

Et Cynthia Stevensen (Men in tress, Dead like me) ce parjure dans le rôle insipide de la mère de famille de cette soi disant comédie qui n’a pas du demander beaucoup de travail à ses pseudos scénaristes et « créateurs » qui ont du pondre ça avec leurs pieds.

Le seul moyen d’y survivre… non, vraiment je ne vois pas!

Primeval 3×02

4884611652a10343524757l.jpg

Cette semaine dans Nick Cutter et les portes du temps ça se passe un peu sans Nick vu que le bohomme reste bien gentiellemnt dans l’Ark avec les petits nouveaux.

Le scientifique à trouvé un moyen de prévoir l’emplacement d’une anomalie et il y envoie Abby, Connor et Jenny.
Alors autant je trouve que le trio s’en tire pas trop mal et j’aime l’idée que Jenny s’implique davantage. Maintenant tous le monde à le droit à une arme même Connor! Autant c’est quand même douteux qu’on les envoie sans équipe de sécurité sur les lieux d’une possible brèche dont il sort rarement des petits lapins roses.

Un flic du nom de Quinn met des batons dans les roues de l’équipe, trop obséde qu’il est par la disparition de son frère dans ce même lieu, 14 ans plus tôt. A trop se méler de ce qui le regarde pas, il va en voir trop et même s’il se contente de quitter son job à la fin de l’épisode sans intégrer l’Ark on se doute qu’on va le revoir.

La bebette du jour à la pouvoir de se camoufler ce qui instaure un bonne ambiance et une tension palpable au sein de la vieille demeure abandonnée mais la gamine genre petit chaperon rouge qui se pose là ça sonne vraiment faux. 

Et pendant ce temps là, Madame Cutter fait encore des siennes en envoyant un de ses clones au casse pipe(en même temps elle est pas à cours de copies). Pourquoi on se demande bien tant le seul intérêt de la scène est d’utiliser les deux nouveaux; la fille parce qu’elle s’est fait chipper sa carte magnétique l’autre parce qu’il sort son arme. Tous ça pour finir chez Cutter (qui rentre enfin chez lui) et oû Helen lui piques un peu d’ADN…

Certains apprécieront l’abscence de coup de pied à la « Abby « , d’autres le petit moment partagé entre elle et Connor.

Songs from Mistresses

mistresseswideweb470x3140.jpg

Spécial dédicace pour Margot: J’ai vérifié:D la musique que l’on entend vers la fin du final de la saison 1 est « Vaka », interprété par Sigur Ross.

Et comme je ne connaissais pas la série avant ta demande, de façon moins précise on peu aussi y entendre Feist, Wallis Bird, Nouvelle vague, Tricky « hell is around the corner » ou encore Regina Spektor « fidelity ».

Robin Hood 3×02

causeandeffect3x02robinhood53931701280720.jpg
 Bon, si on avait pas encore compris la semaine dernière, Robin et sa bande are back et ils sont en pleine forme d’ou un recap sur le bon fonctionnement de leur petite affaire.

Mais le shériff (toujours aussi affligeant) à des problème de gros sous et pour pouvoir payer son dû au prince John, il trouve rien de mieux à faire que de vendre sa main d’oeuvre pour un coup d’état en Irelande. Non seulement son allier n’est pas son ami mais si le prince apprenait ses manigences (un pacte avec l’ennemi) il serais en mauvaise posture et en plus les villageois, ils sont pas content d’être enrollé de force dans une armée étrangère.

C’est la qu’entre en scène Kate. Elle n’apprécie pas trop Robin mais à les mêmes valeurs. Elle rappelle Marianne dans ses relations conflictuelles avec sa mère qui préfère rester passive que de perdre la vie. Mais elle rappelle aussi Djack, en commençant par le triangle amoureux qui s’annonce puisque Much et Allan ont tous deux semblent-ils, des vues sur la belle.

Le shéma de l’épisode ne diffère pas vraiment de l’accoutumer, cette semaine c’est Robin qui visite la prison du chateau (chacun son tour) et s’évade (tiens c’est nouveau) de façon pour le moins extravaguante (Ils connaissaient déjà Macgyver à l’époque?). La bande fait le minimum syndicale avec quand même frère Tuck qui prend les rennes en l’abscence du leader et la fille qui fait des siennes puis tentent de réparer sa bourde.

Donc rien de bien surprenant sauf vers la fin lorsque Le shériff se retourne contre Gisbourne(qui ne le craint plus) en le balançant à la merci du Prince afin de lui expliquer les raisons de l’absence d’argent(mission avorter par Robin and co). Déjà que Guy il était nerveux, il fallait pas le prendre avec des pincettes…là mister shériff ferait mieux de se cacher car se vengeance sera terrrrrrrrrible!!

The big bang theory 2×19

normal277973.jpg
Un peu de chair fraiche dans l’immeuble, il n’en faut pas plus pour que les garçons se plient en quatre pour la nouvelle venue tandis que Penny se sent sérieusement délaissé et surtout menaçé.

La perspective d’une girl fight n’est pas déplaisante surtout si la nouvelle voisine devient une régulière pour pourrir la vie de notre blonde. La dynamique pourrait être intéressante.

Mais j’ai eu un peu de mal à acroché à l’épisode…enfin c’est aussi, certainement dû aux joies de l’internet qui m’a forcer à regarder l’épisode en trois fois. Forcement ça gache un peu le plaisir!

Je noterais quand même la stupéfaction sur le visage de Penny lorsqu’elle sort une référence à Star Trek…ça y est, les geek ont de l’emprise sur elle! Et comme toujours Shelson tire son épingle du jeu en restant dans son coin pour se divertir et nous avec.

En bref, l’épisode se laisse suivre mais rien de bien fantastique.

12



lafamilledehomersimpson |
naruto shippuden |
Futurama |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Desperate Housewives
| winx club soeur halliwouell...
| patito feo saison 2