Afterlife pilot

23.jpg
Alison Mundy est capable de voir les esprits qui ont une certaines tendances à envahirent sa vie. C’est un pouvoir qu’elle s’est découvert après avoir survécu à une accident de train. Tourmentée par ses visions, elle s’installe à Bristol dans l’espoir de commencer une nouvelle vie. Elle y fera assez vite la rencontre du sceptique professeur en psychologie, Robert Bridge endeuillé par la mort de son fils.

On n’est donc à priori dans le même registre qu’une Melinda Gordon (Ghost Whisperer) ou d’une Alison Dubois (Medium) à cela près que cette série anglaise ne se prétend pas basé sur des faits réels.

Pour rappel Medium s’inspire de la vie de la vraie Alison Dubois qui utilise son don pour aider la police à résoudre des enquêtes et Ghost Whisperer s’est servi comme base de l’expérience de Mary Ann Winkoski une femme qui communiquerais régulièrement avec les morts en plus d’avoir la présence d’un médium du nom de James Vann Paagh comme co-producteur.

Ce qui saute assez vite au yeux c’est que la série se veut réaliste. C’est à mon gout un talent tout anglais de rendre une série au pitch somme toute teinté de fantastique à ce point crédible.  Ghost Whisperer est très formaté assez redondants dans ses intrigues malgré le developpement d’une mythologie ce qui en fait une série surnaturelle et puis tout est étudié, c’est de belles personnes dans une bel endroits…Medium est plus ancré dans la vraie vie et pourtant le fait qu’Alison rêve irrémédiablement aux enquêtes en cours sonne trop souvant comme d’heureuse coïncidences.

Ici, Alison Mundy, ne choisi pas les personnes qui lui apparaissent. Dans ce pilot on voit qu’elle essaye de fuir ces présences ou en tout cas l’attentes que les vivants peuvent avoir envers son don.

Mais à peine à t-elle emménagé dans sa nouvelle demeure que les cris d’un nouveau né l’empêche de trouver le sommeil. Son quotidien est donc bouleversé par des bruits et des visions qu’elle ne peut contrôler mais qui s’imposent à elle.

Aussi lorsqu’un couple lui rend visite pour faire appel à ses talents, elle refuse avant de changer d’avis. Et si il s’avère qu’elle ne pourra pas les aider lors d’une séance organisée, elle aura un impact sur une des personne présente ce soir là.


afterlife21.jpg
L’intrigue fera alors échos à l’introduction de l’épisode qui voyait une famille sujette au suicide collectif, un soir de noèl. On s’intéressera à l’unique rescapée de ce drame familial, une jeune étudiante en psychologie qui croyait avoir surmonter ce cauchemar…

Dès lors on se retrouve confronté entre la pensé cartésienne de Robert qui est en total déni avec le monde de l’occulte et Alison qui n’en n’est que l’objet et la preuve, essayant de faire au mieux pour aider.
Encore une fois, dans Medum il ‘agit de trouver un meurtrier résultant souvent à son arrestation et dans Ghost Whisperer de permettre aux morts d’atteindre la lumière tout en découvrant parfois malgré eux ce qu’il leur est arrivé.

Dans Afterlife, il ne s’agit pas que de victimes mais simplement de personnes décédés qui ont des regrets, connaissent la colère. Et surtout leur message à une réelle implication tant sur leur proches que sur Alison, il ne s’agit pas juste de pousser quelques larmes.

Alison se retrouve confronter à un monde désillusionné qui ne peux pas raisonnablement la croire et la prend presque pour une folle, on apprendra d’ailleurs qu’elle à séjourné dans un asile, pendant un temps, incertaine de sa propre santé mentale.

Et c’est en cela que la série est vraiment intéressante, deux camps s’opposent tout en essayant de se comprendre. Robert décidera d’écrire un livre sur l’expérience d’Alison, avec son aide, bien qu’il doute de la véracité de ses propos. Ce qu’il veut au fond c’est prouver le subterfuge mais sa résolution pourrait bien s’ébrécher au contact de la jeune femme, sans pour autant qu’il l’accepte ni se l’avoue.

Le talent de la série c’est aussi d’avoir une véritable personnalité musicale faites de musiques incidentales loin des titres « à la mode » entendus dans ses consoeurs américaines allant jusqu’à placer les « tubes » de son actrice principale (dans GW).

Je me rend bien compte que j’ai tergiversé et que cette note à davantage des airs de « battle of the medium show » que de simple review mais j’espère que cela sera vous convaincre d’accorder sa chance à Alison l’anglaise, qui à mon avis se place au dessus du panier.

0 Réponses à “Afterlife pilot”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




lafamilledehomersimpson |
naruto shippuden |
Futurama |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Desperate Housewives
| winx club soeur halliwouell...
| patito feo saison 2